Covid-19 : une “ planétisation ” de la conscience humaine

Juin 2020

Stephan Hawking avait déjà fait le constat qu'une des évolutions majeures de la vision scientifique de l'humanité et de son contexte de vie était la vision de la terre à partir d'un satellite. Cette vision, partagée par les possibilités de transmission d'images, fait réellement de l'humanité un ensemble lié à cette petite planète.

Même si elle est effective et s'est traduite par la “ mondialisation ” économique et culturelle accélérée depuis la chute du mur de Berlin (9 novembre 1989) ainsi que par l'ouverture de la branche civile d'ARPANET, sous le nom d'Internet, au monde entier à partir de l'Administration Clinton-Gore (1992), cette conscience s'est brutalement accrue sous la pandémie de Covid-19 qui se vit depuis la fin novembre 2019.

Les impératifs de confinement sont l'occasion d'une explosion des moyens électroniques de communication. Non seulement la téléphonie, qui devient l'ordinateur personnel le plus compact et le plus performant, mais tous les types d'écrans de la tablette à l'ordinateur se sont mis en communication. Télétravail conseillé voire obligé; cours et examens des universités et grandes écoles; partage culturel (concerts et autres) – une vaste carapace électronique couvre la communication humaine plombée par les distanciements physiques et les confinements.

Par ailleurs, tous les laboratoires et les centres de recherche font tourner à fond e développent les algorithmes qui permettent de débusquer le virus et de suivre les effets de la pandémie d'heure en heure. L'information est planétaire, même si l'on voit que les structures nationales sont encore les piliers des développements sanitaires … en attendant qu'un ou deux grands groupes pharmaceutiques prennent le leadership économique de la lutte contre le Covid-19!

La fièvre de consommation – qui reprendra peut-être de plus belle, en réaction, lors d'un dé-confinement total – a été brutalement arrêtée, les avions cloués au sol, l'économie presque totalement à l'arrêt. Là aussi les mesures climatiques se sont réjouies de pouvoir laisser la terre respirer un air moins pollué!

Cela va-t-il mener à une certaine et nouvelle sagesse, utilisant tous les aspects positifs de la culture numérique pour mieux gérer la vie en société, mieux gérer l'économie, mieux gérer les habitudes personnelles, trouver des modes plus efficaces de gouvernance planétaire?
Les moyens sont à notre disposition. Comment les adopter et les mettre en oeuvre?

Un musée d'informatique pourrait avoir un rôle à jouer dans cette réflexion: aider le citoyen à se faire une opinion personnelle sur les usages “ éthiques ” des outils de communication à base électronique et leurs contenus; “ éthiques ”, c'est-à-dire “ humains ” et sans manipulations qui transforme l'humain en un petit robot dans un grand système financier mondial!

Cela s'apprend – notamment par l'histoire de ces technologies et par la façon de s'en servir voire de les développer au-delà de ce qui existe à ce jour!